Le civil sous l'Empire

Vivre le Consulat et l'Empire civilement
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Siegfried

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Siegfried   Mer 22 Juin - 18:01

Mes hommages mesdames et messieurs,

Voici venir le temps d'une présentation.

(un temps)

Bien.

(un temps)

Il pleut.

(un temps)

(Il rit) voilà qui est très Beckettien. Apprécions.

(ils apprécièrent) Trêve de baliverne. Présenté, je vais me présenter, je vais peut-être me présenter. Les mots s'ajoutent aux mots, un à un, et un jour, c'est le tas. L'impossible tas. Ecoutez-donc :

(un temps)

Jeune homme d'un autre temps, j'erre. (Charmant préambule.) Zum Donnerwetter! m'exclamé-je en frappant la table du plat de la main. Douleur.

Baste, que met-on dans une présentation habituellement ? Bonjour ? Je l'ai fait. Je me nomme ?

- Siegfried, pour vous servir !

Non, ne vous y fiez pas, il ment. Non seulement il ne se prénomme point ainsi, mais en outre ce vil chenapan n'a nullement l'intention de vous servir. Fort heureusement, je suis présent pour vous en avertir. Un peu faible ça.

Hm. Voilà c'est raté. De ? Il est encore temps. Je suis plus jeune que vous -dis-je en désignant une femme affreusement voûtée.- Mais passons.
- Je vais vous apprendre un mot car je suis généreux. En Prussien, nous utilisons le mot "das Weib" pour désigner la femme. (Ajoutons -er) pour le pluriel, ce qui nous donne : "die Weiber" - "Les femmes".

Gardez-le à l'esprit.

à l'esprit.

Esprit.

(un temps)

Ah oui, cela me revient à présent. Il me faut féliciter ce forum ! Bien. Je passais -fortuitement- lorsque soudain. Non. Lorsque tout-à-coup. Oui c'est mieux. Lorsque tout à coup. Mince, les traits d'union. "--". Voilà. Lorsque soudain disais-je, je tombai sur votre forum. Patatra.

Guère convaincant. (überzeugand en Prussien).

Bref. (Kurz)

Il est très bien ! Oui. (un temps) Vraiment très. D'ailleurs, il me semble. Voilà. Il me semble.

Tout est dit.

Cette présentation est certes loufoque, mais elle n'en demeure pas moins originale, et j'ose parier ma chemise... (il réfléchit). Je veux dire, j'osai parier ma chemise que jamais vous ne vissiez chose-même. (un temps). Facile ça.

Voilà qui vous change de cela deux points ouvrez les guillemets

"Bonjour je m'appelle X j'aime Y et je fais des reconstitutions."

Pardonnez-moi l'exemple, cependant je. (Il se contemple) Qu'est-ce que je tiens.


Il est tôt non ?

Non ?

Vous avez. Vous savez. Si vous prononcez la liaison, vous verriez à votre grande stupéfaction que ces deux propositions se ressemblent phoniquement à s'y méprendre. (Siegfried a inventé un adverbe. Joie !)

Vous avez grandi.

Vous savez, Gandhi.

HAhahaHAhAhaha. (Je ris.)

Il me semble que ce soit terminé. On ne peut parler indéfiniment.

(un temps)

Il ne pleut plus

(un temps)

Médiocre

(un temps)

Les adieux se pressent à ma porte. Le temps est passé. (un temps)

Die Zeit ist vorbei. Du bist still ? Hast du...(un temps) Deine Zunge verschluckt ?

Mais non mais non.

(un temps)

Mes vieux et mes vieilles. (un temps) La chandelle chancelle. (un temps) Un peu faible.

(un temps)

Faiblement. (un temps) Puis.(un temps) Class- (un temps) -ique.

(un temps)

S'éteint. (un temps) La nuit.
Revenir en haut Aller en bas
 
Siegfried
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le civil sous l'Empire :: Présentation :: A vos plumes !-
Sauter vers: