Le civil sous l'Empire

Vivre le Consulat et l'Empire civilement
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La danse de bal.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La danse de bal.   Sam 10 Mai - 21:57

Je recopie un article paru dans feue la revue "Vivre l'histoire" écrit par mon amie et professeur Yvonne Vart ( et avec son autorisation).

Un concert ou un bal
, n'est -ce pas la meilleure façon de terminer une journée de commémoration historique ?
mais organiser un bal demeurera toujours le problème essentiel.

Après Thermidor, après l'austérité et la peur, la danse va reprendre petit à petit sa place dans les loisirs de la société avec l'ouverture ou la réouverture progressive de nombreux bals publics (Tivoli, bagatelle, Frascati, le ranelagh) " jamais on a tant dansé depuis qu'on a pas le coeur à la danse.Les murs sont couvert d'annonces de bals et le silence des rues les moins fréquentées est troublée par l'aigre archet du ménétrier " Pulpoux, 1801.
Puis sous le Consulat, les bals privés vont se multiplier et les salons ouvrir leurs portes comme celui de madame Récamier qui " dans son hotel de la rue du Mont-Blanc, donna des fêtes merveilleuses, des bals où les éventails, les bouquets et même parfois les souliers des danseuses étaient renouvelés plusieurs fois dans la soirée " ( H. d'Alméras, "La vie sous le Consulat et l'Empire".
Si Constant dans ses Mémoiresprétend que l'empereur avait une espèce d'aversion pour les bals et surtout pour les bals masqués, il désirait que l'on s'amusât tant à la cour que dans la capitale et même dans tout l'empire.
Le style.
La fin du XVIII a vu l'apogée de la contredanse française et du menuet avec las pas issus de "la belle danse" nommée aujourd'hui " danse baroque.Di point de vus stylistique, la particularité de cette danse est d'être en "élevé" sur le temps fortr ( sur la demi pointe) et donc préparer cette élévation par "un plié" sur la levée musicale (alors qu'il est plus naturel de poser le pied sur le temps fort.
Après la Révolution, un style différent, issu de la danse de théâtre, va peu à peu se substituer à cette manière de danser. les maître à danser insistent alors sur "les pieds tournés très en dehors et les pointes très basses, le jarret et le cou de pied tendus "Les gravures de l'époque montrent des danseurs aux pieds très tendus dans de fines chaussures. Ce style a perduré dans les contredanses écossaisses et les danses provencales.
la danse devient pour une nouvelle bonne société un moyen de briller dans les salons et même de faire son chemin dans le monde "la danse est aujourd'hui si difficile que ce n'est plus un amusement, c'est un travail" (Journal des modes An II ).Les maîtres de danse, plus de 400 à paris, peuvent à peine suffire aux demandes.
A suivre....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La danse de bal.   Dim 11 Mai - 10:15

Les danses.
la contredanse et la valse sont les plus souvent citées dans les textes.

La contredanse ou quadrille.
La contredanse française utilisait quelque pas, plutôt simples mais l' intérêt de la danse était les figures complexes et les parcours mettant en circulation les huit dansurs.Les figures vont se simplifier, la realisation des pas difficiles prenant toute l'attention des danseurs. Le nombre de contredanses va se limiter à cinq : pantalon, l'été et la poule ; ensuite, la pastourelle et la trenis prendront le dessus. Ces figures permettent de faire valoir la qualité du danseur dans des solos.

L"allemande et la valse.
Le goût pour l'allemande, importée dans les années 1770 ne cessera de s'amplifier er certaines passes d'allemandes viendront s'insérer dans les contredanses.Sous le Directoire, la valse reprendra , à ses débuts, les mêmes positions de bras, ce qui conduit à des ambiguïtés. Mais la valse mettra plus d'un demi siècle ) se faire accepter : " J'ai entendu parler d'une certaine walse que l'on dit être encore plus indécente que l'allemande " (abbé Reyre) Très peu de jeunes filles valsaient et beaucoup de femmes mariées s'abstenaient de cette danse introduite en france par les impures du Directoire" (Brieux Saint Laurent En 1816, Wilson demande à ses élèves de se tenir sur la pointe des pieds, les genoux parfaitement tendus.

La gavotte.
Au cours d'une soirée, il était de bon ton de faire intervenir un ou plusieurs excellents danseurs, amateurs ou professionnels, exécutant un quadrille avec pirouettes, ailes de pigeons et entrechats, ou bien une gavotte réservée aux virtuoses.Les maitresses de maison se disputaient ces "danseurs de société" et les invités danseurs devenaient simples spectateurs.

Danse étrangères.
On trouve dans les listes des maitres de danse : boléros, fandangos, montférines, mazours, cosaques, danses réservées à ceux qui en avaient appris les chorégraphies.

" Petites danses".
Elles sont à base de cortèges, rondes, farandoles dans lesquels la gaité et le jeu priment, certaines parcourent le jardin et montent les escaliers et qui n'exigent aucun pas difficile : le colimaçon, la ronde de Rochat, le grand-père, l'omelette au lard et quelque contredanses isolées comme la Monaco, la Boulangére ou le Carillon de Dunkerque danses qui existent encore.

La reconstitution d'un bal de cette période butte sur la difficulté d'exécuter les pas et d'être fidèle au style si on veut être le reflet d'une époque qui savait si bien danser et de tourner à un pâle reflet en ne dansant que "les petites danses " ou en dansant des valses de façon moderne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La danse de bal.   Dim 11 Mai - 10:24

Je me réponds !
J'ai assisté et dansé à un bal empire ; nous étions "préparés "....Pas assez...Des spectateurs de ce bal ont dit que c'était très mauvais et que nous semblions des grenouilles !
mais lorsque c'est bien dansé , par exemple par le groupes "Révérences" de Lyon, c'est spectaculaire .Pour arriver à ce résultat, il faut beaucoup de travail et des dons .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La danse de bal.   Lun 12 Mai - 23:20

Des grenouilles? Eh beh, ce n'est pas donné avec le dos de la cuiller... J'étais à un gala de danse dernièrement, je m'y intéresse beaucoup, c'est pourquoi je te remercie pour cet article ainsi qu'Yvonne Vart, celle qui en est l'auteure.
Je conçois que c'est très difficile de donner une image cohérente d'un pas de danse de cette époque, mais comme j'ai déjà deux pieds droits et que je suis mal coordonné dans mes mouvements, je ne puis affirmer que je tiens de la grenouille, mais plutôt du crapaud! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La danse de bal.   Mar 13 Mai - 12:25

Et encore, cette image est mal choisie car grenouilles et crapouilles sautent fort bien !
La maladie des 2 pieds droits touchent beaucoup de monde ! Les pires sont ceux qui la refusent ....Mais on peut apprécier les bons danseurs sans pratiquer ce noble art .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La danse de bal.   

Revenir en haut Aller en bas
 
La danse de bal.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Votre salle de danse
» Le saidi : danse de la haute-égypte.
» La danse PUNDA = bêtise,epekisami na RDC
» Danse Butô/Butoh
» mon blog sur la danse classique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le civil sous l'Empire :: La vie quotidienne :: Les Loisirs-
Sauter vers: